L'après match du Gone - Même NABIL défend !


Rédigé le Samedi 12 Août 2017 | Lu 1247 commentaire(s)

Un peu au courage, beaucoup au talent, l’OL a enchaîné une deuxième victoire en autant de matchs.
Une vrai satisfaction et un vrai symbole...


On l’attendait...
Un peu comme avant où l’on s’impatientait de voir et revoir l’OL. On avait hâte en fait de retrouver nos Lyonnais après une première sortie convaincante face à Strasbourg. On attendait donc la confirmation. On voulait en savoir plus. Et on a vu !
Sans forcément être brillante, la bande à Génesio a fait le boulot en gardant ses convictions. Un peu moins à l’aise dans la circulation, elle a quand même cherché à jouer. Solide et imperméable aux attaques rennaises, la défense est devenue un gage de sécurité. Une vraie bouffée d’oxygène. Rappelons qu’elle a changé trois de ses quatre éléments (considérant que Morel est passé dans l’axe).

On a retrouvé notre fierté...

On se demandait aussi comment l’attaque, orpheline de Lacazette allait se comporter. On a eu nos réponses. Ce Lyon est capable de marquer à tout moment. Ça va vite, ça dribble, et des joueurs comme Fékir, Traoré et Mariano sont des dangers permanents.
Enfin, il faut le signaler, si l’année dernière le coach semblait hésiter à chaque match, aujourd‘hui Génésio fait des choix. Et cela lui réussit. Un milieu qui fonctionne et une nomination de capitaine qui est une véritable bonne surprise. Nabil (Fékir) est le vrai leader. Sur un plan technique, on le savait déjà. Mais on le voit replacer ses partenaires et, miracle... Défendre !
Cet OL a donc de la gueule. Pas celle d’un futur champion, c’est évident. Mais on y retrouve les vertus de cette équipe de la fin des années 90-début 2000, avec une solidarité et du talent qui ne demande qu’à éclore.
Il nous a rendu une certaine fierté et surtout, on a nouveau envie de le regarder.
C’est qui samedi prochain ?

Le Gone

Les notes du gone

LOPES (6) : Il a assuré l’essentiel. Il aurait pu être plus rassurant sur les derniers coups de pied arrêtés de fin de match.
MARCAL (6) : Moins offensif que le match précédent, il a n’a cependant jamais été en difficulté. Sa qualité technique est un véritable atout pour l’équipe.
MOREL (6) : Efficace et pas cher... C’est le Morel qu’on préfère.
MARCELO (7) : « Tu s’occupes de rien, je s’occupe de tout .» Pourvu qu’il ne soit pas blessé. On tremble déjà d’entendre le nom de Diakhaby.
RAFAEL (6) : Comme son pendant du couloir gauche. Il a été remplacé par Tete qui a montré aussi une belle aisance balle au pied.
TOUSART (7,5) : Quoi, un trou ? J’y vais ! Spécialiste du rebouchage. Indispensable.
DARDER (7) : Des caresses au ballon et des vrais chocs aux adversaires. Sergi est sur le bon chemin.
FEKIR (8) : Ce n’est plus une transformation, c’est une métamorphose. A l’image d’un garçon immature qui prend ses responsabilités lorsqu’il devient papa, Nabil est devenu le leader de cet équipe. Il montre l’exemple et donne confiance aux autres.
DEPAY (5) : Il veut jouer dans la même cour que Neymar. En discothèque à la rigueur. Pour le reste son coup-franc vient sauver son match encore une fois insuffisant. Remplacé par CORNET, le Dembélé low-cost.
MARIANO (6,5) : Son obsession du but est un véritable danger pour les adversaires. Mais elle lui fait aussi parfois perdre en lucidité. Il va falloir qu’il apprenne à jouer avec les autres. Sinon, on l’avait déjà signalé, sa détente est impressionnante.
TRAORE (7) : Il est arrivé avec l’image (un peu cliché) du joueur rapide qui court tout droit. Bien au contraire, il s’agit d’un vrai joueur de ballon. Il est à l’aise balle au pied, donne le tournis aux adversaires et fait jouer les autres.

GENESIO (7,5) : Il a reconduit son équipe et bien lui en a pris. Il a été présent en fin de match. L’année de la révélation ? Pour le moment c’est encourageant. Alors vas-y Bruno, continues hein ?!






 
Facebook
Twitter
Rss
Mobile