monfoot69
monfoot69
LES NEWS

AS Saint-Priest - Patrick GONZALEZ : "Il faut être fou et passionné pour être président... j'ai les deux qualités !"


Rédigé le Mardi 27 Novembre 2018 | Lu 2578 commentaire(s)

A lendemain de ses deux coups de gueules, contre le monde professionnel d'une part, et l'OL de l'autre, Patrick Gonzalez revient sa croisade contre les clubs pro qui pillent les amateurs sans contre-partie, évoque le bon début de saison de son équipe fanion, leader de N2, et plus globalement son club de l'AS Saint-Priest, qu'il souhaite toujours emmener... en L2 !



Patrick, que t’inspire le communiqué de l’OL qui a fait suite à tes déclarations de la semaine dernière ?
"Concernant Mr jean Michel Aulas , la réponse a été faite ce matin dans le Progrès. Je ne souhaite plus polémiquer (voir ci-dessous)."

On revient sur ton coup de gueule vis à vis du monde professionnel que tu accuses de piller les clubs amateurs sans contreparties. Pourquoi maintenant alors que la situation n’est pas nouvelle ?
"Il faut toujours un premier pour faire bouger les choses. Je n’ai pris mes fonctions de président qu’en Juin 2015. Je voulais d'abord tâter un peu le terrain et voir comment cela se passait. Toutes les remontées de mes coachs, de nombreuses discussions avec les présidents de clubs de la région et d’autres, arrivaient au même constat : le football professionnel nous pille nos meilleurs jeunes sans aucune contre-partie. Que nos meilleurs jeunes partent jouer dans des clubs pro, c’est normal et tant mieux pour eux. Mais il faut redistribuer un peu de cette richesse aux clubs amateurs afin que ces derniers vivent mieux. A titre d'exemple, un enfant peut passer sept ou huit ans chez nous à se former... et partir gratuitement vers un club pro entre 13 et 17 ans. Par contre ce même club pro qui garde ce même enfant de 17 à 18 ans, soit deux ans, est en droit de demander et de toucher 90.000 euros par année de formation à un autre club professionnel qui le récupère."

Tu t’es lancé dans un combat contre le monde professionnel. Comment tu vois la suite ?
"Ou est la logique dans tout cela ? Enrichir les clubs pro au détriment des amateurs pour qu’ils restent toujours amateurs ? je me pose la question. Il faut que cela change. Nous, clubs amateurs devons obtenir une répartition de cette richesse afin que nous vivions mieux et soyons moins dépendant des aides et subventions. N’oublions pas que nous sommes les formateurs et les plus gros pourvoyeurs des futurs footballeurs professionnels."

"Je suis prêt à rencontrer Noël Le Graet..."

Jusqu’où tu es prêt à aller pour te faire entendre ?
"Je suis prêt à aller très loin, au niveau de la FFF, et à rencontrer Mr Noel Legraet. J’ai reçu beaucoup d’appels e de soutiens de la part de mes confrères présidents de toute la France. Je les en remercie et j’espère en attirer beaucoup d’autres. Plus nous serons nombreux dans un collectif et plus nous serons entendus. Que tous ceux qui partagent mon sentiment me contactent. Je ne fais pas ça pour moi, qui ne suis que de passage, mais pour la reconnaissance du football amateur."

On passe au sportif. Comment tu analyse la situation actuelle de ton équipe fanion, leader de N2, de surcroit avec du beau jeu ?
"Notre équipe fanion est première de N2 pour l’instant. Mais la route est encore longue et semée d'embûches. Nous pratiquons un très beau football sous la houlette de Lionel bah, de son staff (Cédric Casset, François Villebrun, Kevin Bauer, Valentin Charrière) et de notre Directeur Sportif Robert Mouangué. Nous essayons d’appliquer ce système de jeu à toutes nos équipes des U19 en passant par la R3 la R2 et la Nationale 2. Il est basé sur le pressing, la fluidité, la vitesse, la qualité du jeu et du football en intégrant un maximum de jeunes. Par exemple, à Toulon, nous avons joué avec neuf joueurs nés en 1999, issus pour la plus part de notre formation. J’adhère complètement à ce projet et donne les directives en ce sens."

Plus globalement, comment se porte l’AS Saint-Priest ?
"Déjà, le club se porte bien financièrement avec un bilan positif et un avis favorable de la DNCG. Sinon, dans toutes les autres catégories, que cela soit des féminines, du jeu réduit masculin ou à onze, nos équipes se comportent très biens pour l’instant. Les résultats sont meilleurs que l’année dernière. Bravo et merci aux éducateurs, préparateurs physiques, dirigeants et bénévoles qui aspirent tous à ce que l’AS Saint-Priest soit encore un plus grand club amateur."

"Pourquoi Saint-Priest et ses 55.000 habitants n'accéderait-il pas au monde professionnel ?

La saison dernière, tu annonçais la L2 pour ton club. Toujours d’actualité et comment ?
"Oui, j’espère à terme faire que l’ASSP intègre la L2. Une ville comme Guingamp ,avec 7 500 habitants, est bien en L1. Pourquoi pas Saint-Priest et ses 45 000 habitants, bientôt 55.000, n’accéderait-il pas au monde professionnel ? Sachant que nous avons l’appui de Mr le maire Gilles Gascon que je remercie pour son soutien sans faille avec l'arrivée d'un nouveau complexe pour fin 2019. On me traite de fou ? Je réponds qu'il faut bien un grain de folie pour arriver à certaines choses. Le département du Rhône devrait avoir au minimum deux clubs en ligue 2, comme la région parisienne et d’autres régions de France. Il y a de la qualité chez nous. Ce qu’il nous manque, ça sont les infrastructures et l’argent, nerf de la guerre dans notre football moderne."

Ou le président Gonzalez prend son plaisir à présider un club de football ?
"Pour être président d’un club de football que se soit à notre niveau, plus bas ou plus haut, il faut être fou et passionné. Je pense avoir ces deux « qualités ». Il faut vraiment assumer et n’espérer aucune gloire, ni aucun retour, essuyer beaucoup de critiques et de coups en contre-partie. Mais cela fait partie de la vie et de notre société, il faut vivre avec, c’est comme cela. Mon plaisir, je l’éprouve lorsque que j’entends tous ces jeunes dans les vestiaires, chanter, hurler de bonheur lorsqu’ils gagnent. La cohésion et la mixité aussi, ça n'est que du bonheur."

Le mot de la fin pour toi...
"Même si vous pensez n’avoir pas réussi, pensez déjà à ce que vous avez fait et vous avez déjà réussi."

Recueillis par Bebeto RODRIGUEZ

LE COMMUNIQUE PARU DANS LE PROGRES
"Ce n’est pas moi qui ai mis un terme au partenariat avec l’OL, J’ai pris le train en marche. Je n’ai aucune animosité envers l’OL. En tant que président de l’ASSP, j’ai l’obligation de défendre les intérêts de mon club, et en même temps celui du football amateur. En mettant en balance les deux partenariats, celui proposé par les dirigeants de l’ASSE nous a paru le plus intéressant.
Je respecte beaucoup Jean-Michel Aulas que je considère comme un très grand président et un acteur majeur du football français. Seul hic, je ne l’ai jamais rencontré et il ne nous a jamais honorés de sa présence à Saint-Priest. Au moment de renouveler notre partenariat avec l’ASSE en juin 2018, aucune contre-proposition ne nous avait été adressée par les dirigeants de l’OL. Toutefois, je suis prêt à voir M. Aulas pour discuter avec lui de vive voix sur les relations entre nos deux clubs
."

Patrick GONZALEZ
Né le 14/09/1968 à Lyon 3ème.
Job : Agent Général d’assurances Allianz.
Parcours foot : AS Cheminot de Saint-Priest, AS Saint-Priest, ASPTT Lyon (cadets nationaux et juniors critérium), Caluire Saint-Clair, Calo Rilleux, CS Givors, AS Bellecour-Perrache, CS Chazay
Parcours full-contact et boxe amateur : CAM de St-Priest (ceinture noire, 3ème dan)
Parcours dirigeant : AS Saint-Priest depuis 10 ans