monfoot69
monfoot69

Clément Guillot (Saint-Cyr Collonges) : « On est rentré dans l’histoire du club »


Rédigé le Jeudi 11 Novembre 2021 | Lu 461 commentaire(s)


Clément Guillot, ici à droite en compagnie de son président et de Mickaël Charvet, prépare son groupe pour la Coupe.
Clément Guillot, ici à droite en compagnie de son président et de Mickaël Charvet, prépare son groupe pour la Coupe.

Pensionnaire de Régional 3, et actuel leader de sa poule, Saint-Cyr-Collonges va affronter le GF38 pour un septième tour de Coupe de France d’ores et déjà historique pour le club rhodanien. Sur le banc des amateurs, Clément Guillot a préparé ses joueurs pour tenter de palier les six niveaux d’écart qu’il y a avec leur adversaire, Grenoble, formation de Ligue 2.

 

Dans quel état d’esprit étiez-vous avant le tirage au sort du septième tour ?

 

On était d’abord dans l’euphorie de notre victoire dimanche au 6e tour contre Crest. (2-2, 3-0 aux TAB). On se qualifie au bout d’un scénario fou, on était mené 2-0 à 10 minutes de la fin ! On a renversé le match pour finalement gagner aux tirs au but. On a bien fêté ça en début de semaine. Pour le tirage, quand on a vu le chapeau, avec beaucoup d’équipes rhodaniennes, et des équipes de qualité, il n’y avait aucun tirage facile. Mon souhait c’était de tomber sur Grenoble ou Auxerre pour jouer une Ligue 2. Une bonne partie de mes joueurs le voulait aussi, pour se frotter à une équipe professionnelle, ils sont satisfaits.

 

Comment s’est organisée la préparation de la rencontre ? 

 


Il y a une gestion à avoir. Dimanche, on avait un match de championnat et c’était la priorité. Les gars ont répondu présent, ils ne sont pas tombés dans le piège et ils ont fait un match sérieux (victoire 4-0 à Vallée du Guiers). Il faut être lucide, la coupe ne va pas durer toute l’année. On a tiré un gros morceau mais il ne faut pas perdre de point en championnat. Il faut fixer ses priorités. On voit des équipes en coupe qui laissent des plumes en championnat. Nous notre objectif justement c’était de ne pas être là-dedans. Les garçons l’ont bien compris. Et on a fait le plein, avec un 5 sur 5 en championnat (leader avec 15 points et 6 d’avance sur le dauphin Foron). Ensuite on a pu se concentrer sur la coupe.

 

Vous êtes donc sur une bonne dynamique...

 

D’un point de vue comptable, on a fait le travail en championnat. Et d’un point de vue mental, psychologique, on a fait preuve de caractère sur le dernier match de coupe qu’on a réussi à renverser. On arrive dans les meilleures dispositions même s’il y a six niveaux d’écart.  

 

Pour affronter Grenoble, vous avez dû vous adapter ?

 

Au niveau technique et sportif, on n’a pas modifié notre façon de faire, je n’ai pas rajouté de séance d’entraînement. On prépare le match comme chaque match du week-end. La spécificité c’est qu’on sait qu’on aura pas la maitrise, contrairement à nos matches de championnat. On va subir mais ça n’a pas changer notre manière de fonctionner. C’est surtout l’extra-sportif, la médiatisation, les interviews, les sollicitations. Cette excitation qui bouleverse le quotidien.

 

Cette affiche met en tout cas en lumière le projet sportif du club…

 

C’est la plus belle des coupes, chaque équipe qui fait un parcours est médiatisée. On s’en rend compte même dans les villages de Saint-Cyr et Collonges. Depuis 15 jours dès qu’on se promène dans le village on est sollicité par rapport à nos performances en coupe. Notre club est un club en devenir, on a un projet ambitieux, et ça valide ce qu’on essaie de faire depuis trois saisons.

 

Vous avez étudié le GF38 pour essayer de vous préparer au mieux ?

 

On s’est renseigné forcément, j’ai regardé leur match de samedi en championnat et les rencontres précédentes. La priorité ça va être ce qu’on est capable de faire sur le terrain, notamment sur les phases arrêtées. Là, peu importe le niveau, c’est des duels et n’importe qui peut prendre le dessus.

 

Quel va être l’objectif de ce match fou ?

 

Le but c’est déjà de prendre du plaisir, on a une qualification historique au 7e tour, on reçoit une équipe de Ligue 2, il n’y a pas de pression à avoir. Ce n’est pas à nous d’en avoir en tout cas. L’idée c’est de faire le meilleur des matches possibles, résister le plus longtemps possible, et dans le foot on sait jamais ce qui peut arriver, on va jouer notre chance à fond.

 

Grenoble réalise un début de saison un peu timoré…

 

Ça reste une équipe de Ligue 2, qui a joué les barrages pour la Ligue 1 il y a 6 mois. Même s’ils n’ont pas bien démarré cette saison, maintenant il y a une belle dynamique. Et il y aura forcément un gros écart d’intensité, de technique… Mais à nous de répondre présent sur l’aspect mental, de mouiller le maillot et de donner une belle prestation. Il y a beaucoup d’incertitudes, ce n’est pas tous les jours qu’on joue une équipe professionnelle, on va pouvoir se jauger.

 

Vous irez jouer à Craponne cette rencontre, qui a un stade homologué, vous espérez une belle fête ?

 

Les bénévoles sont allés au stade pour tout ce qui est organisationnel. Nous on va y faire notre dernière séance de la semaine, on remercie Craponne pour leur accueil. On avait fait un amical là-bas, c’est un terrain similaire au notre, ça a aidé dans notre choix. Au tour d’avant on avait 600 personnes à domicile. Là je crois que le maximum possible ça sera 1200. Si on est à guichets fermés, pour notre club ça sera magnifique. Dans tous les cas, on est rentré dans l’histoire du club, c’est certain. A nous de faire une belle prestation samedi.

 

 




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 12 Janvier 2022 - 09:30 Futsal. L'exploit majuscule de l’AS Saint-Priest