monfoot69

Deuxième ETOILE - Mourad BOULEMTAFES (ent O. Belleroche) : « Ça va en inspirer plus d'un... mais tout le monde n'est pas Deschamps ! »


Rédigé le Vendredi 20 Juillet 2018 | Lu 7205 commentaire(s)



Eric SALIGNAT (en FC Pontcharra Saint-Loup) : « On va voir affluer plein de petits dans nos écoles de foot... »
« Quelle joie et quel bonheur pour tous les footeux que cette deuxième étoile ! On devrait voir affluer plein de petits joueurs en herbe dans nos école de foot. Personne ne pouvait prédire, au début de la coupe du monde, que la France allait être sacrée contre la Croatie, et par quatre buts à deux. Tactiquement, j'ai toujours pensé qu'une équipe qui allait loin était une équipe qui savait bien défendre. Le jeu a changé : on défend en bloc et on contre rapide et efficace (France, Belgique...). On y ajoute des coups de pieds arêtés où l'on marque (France, Croatie ...). »

Mourad BOULEMTAFES (ent O. Belleroche) : « Ça va en inspirer plus d'un... mais tout le monde n'est pas Deschamps ! »
« Paradoxalement, alors que je n'ai pas d'atome crochu pour cet entraîneur, je suis content pour Deschamps. En effet, il a réussi avec ses idées et rien que pour cela il mérite le respect. Et peu importe si Giroud marque ou pas, il le laisse sur le terrain. Il installe Matuidi à gauche. Il prend Mendy dans ses 23 sachant qu'il ne sera pas opérationnel. L'oponion public réclame Tolisso ou Fekir. Que nenni, il n'en fait qu'a sa tête. Il n'y a aucun projet de jeu, la France joue mal ou trop defensif, peu lui importe. Tout le monde le critique. Mais lui, il assume contre vents et marées, et au final il la ramène la Coupe du Monde dans ses bagages et fait chavirer toute la France. Respect Monsieur... tu m'as bien fermé ma bouche, voilà mon sentiment. Concernant le niveau de la Coupe du monde, je suis déçu et surtout frustré de ce qui a été proposé par l'ensemble des nations. C'est la plus grande et la plus attendue de toutes les compétitions sportives de la planète. On s'attend donc à ce qu'il y ait un minimum de spectacle. Et au final malheureusement c'est une sacrée désillusion. Donc oui je suis insatisfait du niveau de jeu produit par l'équipe de France et l'ensemble des autres équipes. Et c'est sûr que ça va avoir une répercussion sur le football en général puisque je suis persuadé que ça va en inspirer plus d'un. Et certainement au-delà du football professionnel... Maintenant tout le monde n'est pas Deschamps ! »

Eric GUICHARD (ent MDA Foot) : « La Force, c’était l’équipe… »
« Je ne suis pas sûr que ce soit une très grande coupe du monde. Des grandes nations ont vite disparu et avec elles quelques grands joueurs. Cela étant, on ne choisit pas ses adversaires et le contenu qu'ils proposent. De ce côté-là, le onze tricolore a su être d'une très grande efficacité. Le jeu produit n'a pas été très flamboyant mais cette équipe de France a su être réaliste sur des attaques rapides. Son bloc équipe, des joueurs de devoirs comme Matuidi ou Kanté, des attaquants très rigoureux dans leurs replacements (parfois très bas.) l’ont rendu difficile à battre. Et pour finir, Hugo Lloris a sorti deux arrêts exceptionnels. On ne peut pas être une grande équipe sans un grand gardien. Cerise sur le gâteau, notre efficacité sur les coups de pied arrêtés. A noter par ailleurs que durant cette coupe du monde, beaucoup de situations auront été débloquées sur ces phases de jeu. L'arbitrage vidéo a également été d'une importance capitale dans le résultat de certains matchs. Là aussi, l'équipe de France en a tiré largement profit. Un titre de champion du monde se gagne au travers de multiples paramètres. Mais cette équipe de France a surtout fait preuve d'un état d'esprit exemplaire et sa Force c'était l'Équipe. »

Clément GUILLOT (ent MDA Foot B) : « Que le sport pour vivre de telles émotions… »
« C'est magnifique de pouvoir rajouter cette deuxième étoile à notre maillot, une vraie fierté ! J'avais à peine 8 ans en 1998. Il n'y a que le sport pour vivre de telles émotions et cette génération peut encore nous réserver de belle surprise. Pour ce qui est de la manière dont Didier Deschamps a fait jouer son équipe, nous ne pouvons que le féliciter de son travail et de la façon dont il a emmené son groupe à la victoire. Une équipe en place, bien organisée défensivement et qui fait mal à chaque erreur adverse. Certes, elle n’a pas affiché la même maîtrise que certaines nations. Mais c'est l'efficacité qui prime et nous ne pouvons être que fiers de notre équipe et de ce qu'elle a dégagée tout au long de ce mondial. »

Pascal ROUSSET (ex ent FC Bords de Saône) : « J’ai commencé à me dire pourquoi pas quand Pavard égalise… »
« Cette deuxième étoile était difficile à sentier venir après les matchs amicaux, voire les les trois du premier tour. J'ai commencé à me dire pourquoi pas quand Pavard égalise contre l'Argentine, au moment où le doute commençait à s'installer. L'équipe a alors montré beaucoup de caractère et une force collective propre à un futur champion. Après, pour ce qui est du jeu, Deschamps a toujours été très pragmatique. Il utilise les qualités du groupe qu'il a constitué. Et pour permettre à Mbappe et Griezmann de briller dans les espaces, il a opté pour un bloc bas avec un point d'encrage au cœur des défenses adverses (Giroud) pour servir de rampes de lancement aux contre-attaques rapides. Quitte à laisser le ballon à l'adversaire. Quelques arrêts exceptionnels de Lloris, une charnière centrale solide et complémentaire (Varane, Umtiti), l'apport de deux latéraux qui ne lâchent rien (Pavard et Hernandez), la mise en place de deux milieux récupérateurs axiaux (Pogba, Kanté), en plus d'un troisième récupérateur excentré à gauche (Matuidi) ont permis à Deschamps d'être en adéquation avec son plan de jeu. Son charisme, son vécu et son savoir-faire en terme de gestion de groupe lui ont permis de faire adhérer les vingt-trois joueurs à sa cause de bien défendre avant tout. Ce n'est certes pas l'idée la plus enthousiasmante. Mais mais force est de reconnaître que la France est championne du Monde invaincue sans avoir eu besoin ni des tirs aux buts ni des prolongations, en en mettant quatre à l'Argentine et à la Croatie en finale. Et en ayant été mené seulement neuf minutes sur toute la compétition. »

Samir RETBI (ex entraîneur Caluire SC) : « Ne pas oublier qu’on peut aussi gagner en jouant bien… »
« En tant qu'amateur de football je suis très heureux pour cette seconde étoile. C'est la reconnaissance de la formation à la française. En tant que technicien il y a beaucoup de chose à redire sur la qualité du jeu vu le potentiel exceptionnel des joueurs de l'équipe de France. Mais il faut rendre hommage à Didier Deschamps qui a su façonner un groupe avec un état d'esprit exemplaire pour gagner. Aujourd'hui le foot français sait comment gagner des compétitions internationales. J'espère que les éducateurs et les entraîneurs n'oublieront pas qu'on peut aussi gagner en jouant bien. »

Alain DEYRAIL (ex ent LOSC) : « Un groupe voué au collectif et au sacrifice… »
« Je pense que Didier Deschamps a su créer un groupe voué au collectif, au sacrifice des uns pour les autres, avec des jeunes bien dans leur tête. Ce fut la grande force de ce groupe et les remplaçants ont aussi joué un rôle essentiel. Qui aurait cru en des surprises comme Pavard ou Hernandez à part Mr Deschamps ? Pour ce qui est du jeu, à part contre l'Argentine, nous avons basé notre jeu sur une défense solide, des milieux travailleurs, bien en place, et compté sur nos valeurs offensives d'une rare efficacité. J'ai bien aimé les rentrées de Nzonzi, de Tolisso et de Fekir qui ont à chaque fois ont apporté leur pierre à l'édifice. Certains feront la fine bouche sur le jeu produit. Mais le plus important était cette deuxième étoile et le bonheur procuré à tous les gens qui n'attendaient que ça pour vibrer. Un mention inévitable et évidente pour la merveille Killian Mbappe. Pour sa classe, mais aussi pour son état d'esprit irréprochable. »

Pablo BUSTOS (ent Franco-Argentin du FC Savigny) : « Beaucoup de travail pour redevenir ce que nous avons été... »
« Chapeau MR Deschamps ! Le sélectionneur est parvenu à trouver un gros collectif. C'est pour cette raison que l'équipe de France a remporté la Coupe du Monde. On peux ne pas aimer la façon de jouer. Mais pour lui, la priorité a été l'état d esprit. Félicitations donc la France. Malheureusement, l'Argentine était tout le contraire. On s'est appuyé uniquement sur la qualité de Messi. Mais ça n'était pas le seul soucis. En quatre ans, nous avons chnagé cinq fois de sélectionneur. Il y a beaucoup de travail pour que nous redevenions ce que nous avons été, c'est à dire une grande nation de football. »

Karim MOKEDDEM (ent Lyon-Duchère AS) : « On aurait préféré quoi ? Bien jouer pour sortir en huitième ? »
« C'est magnifique pour le football français, fabuleux . Et nous, on a vécu les deux étoiles en couleurs !
Après, sur le jeu produit, la France a su s'adapter et gagner. On aurait préféré quoi ? Que les bleus jouent bien et sorte en huitième ? Ou qu'ils s'adaptent et punissent leurs adversaires pour remporter le plus prestigieux des trophée ? Didier Deschamps a su inculquer à son équipe cette faculté à bien défendre pour contre attaquer. Et quand on voit des joueurs comme Umtiti ou Varanne qui, en club, ont 80% de possession du ballon, ça n'a pas dû être simple. Tous ont adhéré au plan de jeu du coach et ils ont gagné la Coupe du Monde. Chapeau et bravo !
»

Laurent LAPIETRA (ent Caluire SC) : « Encore plus magnifique quand on a un joueur issu de son quartier… »
« Ça fait du bien pour le football français d'être champion du Monde. C'est quelque chose d’extraordinaire, surtout pour nous les passionnés de foot que nous sommes. En plus, avoir un joueur issu de son quartier encore plus magnifique (NDLR Lyon-Menival dans le 5ème arrondissement). C'est aussi une juste récompense pour le président Djoudi du FC Ménival, qui est mon ami depuis des années et qui n’a jamais rien lâché pour le club. En revanche, moi qui suis un amateur de beau jeu, et malgré mes origines italiennes, je n'ai jamais eu cette culture défensive. Je reste un amoureux du beau jeu à la Nantaise, du Barca ou du grand Milan. Mais comme disait mon ancien directeur technique au FC Lyon, Seb Girard, "le beau jeu ça n'est que de la littérature". La finalité c'est de gagner. Donc bravo à Didier Deschamps de la manière dont il a fait gagner son équipe ! »

Salim CHEBAIKI (ent FC Vaulx) : « Je regrette que Nabil FEKIR n'ait pas plus joué... »
« Je suis très fier de cette victoire en coupe du Monde, d’autant plus que plusieurs lyonnais figuraient dans la sélection. En premier lieu Nabil Fékir qui fait la fierté du FC Vaulx. Pour ce qui est du jeu, Didier Deschamp avait opté pour un bloc assez costaud au service d’attaquants rapides. Des joueurs de qualité aussi. On a été un peu en dessous durant la phase de poule mais on est monté en régime ensuite. J’ai quand même un regret en tant que Vaudais, celui que Nabil Fékir n’ait pas plus joué. Car je pense qu’il aurait fait du bien et apporté sa pierre à l’édifice sur les attaques placées ou pas sa faculté à conserver le ballon ou à obtenir des coup-francs. Vive la France… en espérant que le Président Macron n’augmente plus rien (rires). »

Stéphane DELALE (ent ASA Villeurbanne) : « Qu’on ne critique plus le jeu à l’Italienne… »
« C’est une victoire encourageante pour le football professionnel et amateur. Et je me souviens que quand j’étais à l’AS Saint-Priest, j’avais dans mon équipe U19 Anis Badri, qui a participé à cette coupe du Monde avec la Tunisie et que Nabil Fekir était avec les U17. La victoire de l’EDF a démontré que le mental et l’état d’esprit ont une place aussi importante que les qualités intrinsèques des joueurs dans un sport collectif. Je pense que Didier Deschamp a su fédérer un groupe solidaire en choisissant vingt-trois joueurs pas forcément pour leurs qualités, mais pour leur état d’esprit. Le jeu était loin d’être spectaculaire, mais très efficace, voire chanceux par moments. Pour ma part, je suis avant tout supporter de la Squadra Azura. Je ne veux donc plus entendre de critique sur le jeu à l’Italienne (rires). »

Nicolas PINARD (ent FC DOMTAC) : « Didier Deschamps me fait aimer mon métier d’éducateur… »
« Je suis heureux et très fier de cette deuxième étoile même si je ne l’ai pas vécu de la même manière en bossant au Factory Sport Games de Chazay. En ce qui concerne le jeu produit, il n’y a que les gens qui n’y connaissent rien qui parlent de ça. L’équipe de France a produit le jeu qu’il fallait pour être championne du Monde sur une compétition particulière. Elle est montée en puissance en étant organisée et en jouant avec ses qualités offensives (4 buts en finale). Didier Deschamps me fait aimer mon métier d’éducateur. Il a réussi à mettre autant d’égos au service du collectif et en revendiquant son amour pour la France. Je suis fier d’être issu de la formation française et d’avoir un tel homme à la tête de notre sélection. »

Fabrice BROSSAT (ent AS Saint-Forgeux) : « Génial pour mes enfants… »
« Mes enfants n’ont pas connu 98 et la ferveur de l’époque. Vingt ans après, ils ont donc pu vivre ça et le fêter comme je l’avais fait à l’époque. Rien que pour ça, je trouve cette deuxième étoile géniale. Sur le plan sportif, il faut être pragmatique. Quand tu joues trois finales de Coupe du Monde en vingt ans, tu augmentes tes chances de la gagner. Au niveau du jeu, là aussi je pense que la machine à gagner DD a rapidement compris que pour avoir une chance de l’emporter, il fallait bien défendre, avec un bloc assez bas. Alors oui, on n’a peut-être pas joué comme l’avait fait d’autres sélections qui ont gagné par le passé. Mais j’ai aimé ce que cette équipe a dégagé sur le terrain. Une Coupe du Monde dure cinq semaines et le seul que l’on retient, c’est le vainqueur. Bravo aux bleus qui sont allés la chercher ! »