monfoot69

Hamadi Ayari (Sporting Club de Lyon) : « Content de retrouver les collègues, de retoucher le ballon »


Rédigé le Jeudi 16 Juillet 2020 | Lu 540 commentaire(s)


Crédit photo : Lyon Duchère AS
Crédit photo : Lyon Duchère AS

Ce vendredi 17 juillet, le Sporting Club de Lyon dispute son premier match amical pour boucler sa troisième semaine de préparation. On en a parlé avec le milieu de terrain duchérois Hamadi Ayari qui retrouvera pour l'occasion son club formateur, le Grenoble Foot 38, qui évolue désormais en Ligue 2. Un test intéressant pour l'équipe de National.

 

Hamadi, comment se passe ce début de préparation, un peu différente des autres années compte-tenu du contexte sanitaire ?

 

C'est vrai, c'est un peu différent. Mais on a surtout été bien content de pouvoir retrouver le terrain et les collègues, de retoucher le ballon, cela avait beaucoup manqué. On était arrivé à un stade où cela devenait vraiment trop long. Même si j'ai eu des blessures avec opération dans ma carrière cela n'avait jamais duré autant de temps de rester sans football.

Le retour sur le terrain est de fait un peu plus compliqué que les autres années, tu perds quelques notions, tes repères et cela prend un peu plus de temps pour retrouver les sensations.

Là on va finir notre troisième semaine de préparation avant de partir en stage dimanche. Les deux premières semaines on n'a pas trop forcé, l'idée était de retrouver progressivement les sensations, de réadapter le corps à faire certains efforts et là depuis le début de semaine on a intensifié davantage le travail.

 

Avec beaucoup de changements lors de cette intersaison, c'est aussi l'occasion de mieux vous connaître au sein du groupe... notamment sur le terrain ce vendredi pour ce premier match de préparation.

 

Oui il faut retrouver, voir trouver nos automatismes. Comme tu l'as dit il y a eu pas mal de changements cet été au sein de l'effectif. On ne pourra pas prendre ce premier match contre Grenoble comme une référence mais il peut servir à faire quelques premiers réglages tactiques. Il sera surtout fait pour retrouver quelques sensations de match.

 

Qu'est ce qu'il a manqué selon toi ces dernières saisons pour franchir ce cap du National ?

 

Peut-être plus de rigueur, de volonté. On a c'est vrai souvent flirté avec les premières places mais on a aussi souvent eu plus de difficultés dans les matchs à enjeu. Ca finit par jouer sur le moral, sur la dynamique, sur le classement... et on échoue à chaque fois près du but.

 

Nouveau nom, nouveau gros partenaire... L'attente sera encore plus élevée cette saison ?

 

L'an dernier le président avait estimé à deux ans le temps de monter en Ligue 2.... La première année on a échoué, donc...
Maintenant pour moi le but premier est d'assurer le maintien. On sait que ce championnat est très dur, avec très peu d'écart entre les équipes de tête et les équipes de fin de classement, ça peut aller très vite dans les deux sens. Une fois ce but là assurer, on pourra espérer jouer la montée et il faudra mettre le paquet sur ça.

 

Quel est ton regard sur l'évolution du championnat ?

 

L'évolution du championnat National est très bonne au niveau structures, financier, spectateurs... Ce n''st pas si loin de la Ligue 2. Même s'il manque les grosse grosses écuries il y a quand même des clubs emblématiques, qui ont un vécu niveau foot, le niveau s'élève d'année en année et c'est un peu plus compliqué de monter

 

Un petit mot pour finir sur Grenoble, un club que tu connais bien et sur le « Clos d'Or », un stade qui te parle et où vous jouerez demain.

 

Je ne dirais pas que je suis assidûment les résultats tous les week-end mais c'est un club dont je reste bien évidemment proche. J'y ai été formé, j'y ai commencé ma carrière pro, j'y ai vécu de belles aventures. Je connais encore pas mal de monde.

Quant au Clos d'Or je l'ai beaucoup fréquenté pendant ma formation et jusqu'en CFA. C'est un stade qui fait plaisir et je pourrais me remémorer quelques souvenirs. C'est dommage que ce soit à huis-clos, les supporters n'auraient pas manqué d'être présents sinon.