monfoot69

Lucas Vignally : « Gardien de but, c'est un poste à part »


Rédigé le Jeudi 19 Septembre 2019 | Lu 1370 commentaire(s)


Lucas Vignally nous a parlé de son parcours et de son poste d'éducateur à la JPG Académie qui s'attache à faire progresser les gardiens de but.

 

Quel a été votre parcours footballistique ?

 

J'ai été formé à Villefranche, par la suite j'ai un peu écumé les clubs de la région : Chasselay, les Minguettes, Limonest... Avant de retourner à Vénissieux cette année. J'ai entraîné dans tous les clubs où je suis passé en tant que joueur, les gardiens de but notamment mais aussi des équipes à 11 pour passer mes diplômes. J'entraîne depuis quatre saisons les gardiennes de but de l'Olympique Lyonnais sur l'académie féminine, c'est à dire la formation ainsi que la préformation et l'école de foot. J'interviens aussi dans le pôle espoir féminin de Lyon en lien avec la ligue Rhône-Alpes de foot, c'est mon métier à temps plein.

 

Pourquoi un gardien de but, plus qu'un attaquant un défenseur ou un milieu de terrain, a besoin d'un entraîneur spécifique ?

 

C'est un poste à part. Après on voit que maintenant les attaquants ont aussi des entraîneurs spécifiques. C'est des postes qui demandent beaucoup plus de spécificités, plus de relationnel aussi car il faut de la confiance. Nous travaillons des gestes que tous les autres joueurs ne font pas sur un terrain. Un entraîneur à 11 apporte moins à un gardien de but qu'un entraîneur spécifique.

 

Comment avez-vous connu la JPG académie ?

 

Jean-Pierre Grandclément est un ami de longue date. Il m'a présenté le projet et a fait appel à moi. J'ai rapidement répondu favorablement à sa demande. Je suis très heureux de faire partie de l'académie ; c'est un superbe projet novateur qui va permettre au poste de gardien de but de se développer.

 

Quels sont les axes de travail des gardiens de l'académie ?

 

L'académie est ouverte à tout le monde ; l'objectif c'est de former le gardien de but dans son ensemble, à commencer par l'aspect technique. Certains gardiens arrivent avec plus de difficultés que d'autres. On essaye donc de les remettre à niveau sur le plan technique. Après on a un autre travail sur l'aspect plus tactique ; comment aborder un match, comment se situer dans la cage etc. L'objectif reste de progresser dans tous les aspects du jeu. L'avantage de l'académie c'est qu'il n'y a pas de concurrence. L'ambiance est très saine. Tous les gardiens qui viennent aux entraînements ne sont pas là pour prendre la place d'un autre.

 

Vous avez combien de gardiens à charge durant une séance ?

 

L'idée de la JPG ça n'est pas de prendre le plus de membres possibles ; on essaye de respecter un modèle de quatre gardiens pour un entraîneur. La majorité des gardiens sont jeunes, moins de 14 ans. Ils viennent souvent de petits clubs et ont besoin de plus d'entraînements ; c'est une alternative parfaite pour eux. Les garçons un peu plus vieux sont déjà dans des clubs bien structurés. Ils viennent à l'académie pour se perfectionner individuellement et travailler certains points.

 

Hugo Baillot