monfoot69
monfoot69
LES NEWS

Lyon-Duchère AS - K. MOKEDDEM : "Je n'ai pas de BECHOUA, de DUFLOT, de LAVIOLETTE ou de GRANTURCO...


Rédigé le Mardi 13 Février 2018 | Lu 1458 commentaire(s)

L'entraîneur de la Duch revient sur la nouvelle défaite concédée vendredi soir contre l'US Concarneau et évoque les difficultés acutelles de son équipe...


Karim, on revient sur le match et la défaite de vendredi soir contre l'US Concarneau...
"Les garçons ont tout donné. On ouvre la marque rapidement et on a la balle de deux-zéro qu'on ne met pas. Et on est puni dès que l'on se déconcentre, avant de rentrer aux vestiaires avec une but de retard. Après, sur la deuxième mi-temps, on met beaucoup de volonté et de détermination pour tenter d'inverser le score. Mais on rate un immanquable et ça ne tourne pas en notre faveur. On est à l'image des équipes en manque de confiance qui paient cash la moindre approximation. Maintenant, on est relégable,. Mais on doit relever la tête, travailler et rentrer dans un tableau de marche où tous les points vont être vitaux à commencer par celui du nul que l'on doit aller chercher à Marseille vendredi prochain."

Pourtant, vendredi soir, vous ouvrez le score et faite globalement vingt très bonnes premières minutes. Que s'est-il passé ?
"C'était effectivement bien. Après, dès que tu encaisses un but, il y a une dimension mentale ou les garçons se disent "oh non, encore le même scénario. On est bon, ils ne font rien en face et on prend un but. Ca va se passer comme d'habitude." A partir de la, tu commences à réfléchir et tu prends le deuxième but. Après en deuxième période, on a fait de bonnes choses. Mais je manque actuellement cruellement de caractères forts dans mon équipe. Je n'ai pas de Bechoua, Duflot, Laviolette, Granturco ou tout simplement Sbaï. Des patrons sur le terrain à des postes clés. Mais fait moi confiance pour ne rien lâcher. On va se battre."

L'absence de Sbaï pose problème
L'absence de Sbaï pose problème

"J'ai l'habitude de ce type de situation..."

Inquiet ?
"J'ai l'habitude de ce type de situation depuis mon arrivé à La Duch. Première saison : bagarre jusqu’à quatre matchs de la fin pour monter. Deuxième, bagarre jusqu’à la dernière journée pour se maintenir. Troisième, bagarre jusqu’à l’avant dernière journée pour monter. Quatrième, bagarre jusqu’à l’avant dernière journée pour monter... Alors, il n'y a pas de raison que ça change cette année !"

Tu te sens menacé ?
"Quand les résultats ne sont pas au rendez-vous, l'entraîneur est toujours menacé ou menaçable. Après, ma situation personnelle est secondaire. Le principal, c'est l'équipe, le club, l'institution. Mais je suis convaincu que l'on va s'en sortir par tous les moyens, même si ça va être compliqué. Je l'avais de toute façon annoncé en début de saison et mon discours n'a pas changé. Il nous faut quatre victoires et trois nuls en douze matchs pour cela. A nous de la faire."

Recueillis par Bebeto Rodriguez