monfoot69
monfoot69

Nicolas Le Bellec (SC Lyon) : « Je suis prêt à relever ce défi »


Rédigé le Jeudi 7 Janvier 2021 | Lu 872 commentaire(s)

Ce vendredi, un nouvel entraîneur s'assiera sur le banc du SC Lyon en National : Nicolas Le Bellec, nommé en toute fin d'année 2020 pour remplacer Emmanuel Da Costa. La tâche confiée à l'ancien technicien de Cholet est limpide : maintenir le club du Plateau, dernier du championnat avec 7 longueurs de retard sur le premier non relégable à un match de la phase aller. Entretien.


Crédit photo : Jérôme Bouchacour / Foot Amateur
Crédit photo : Jérôme Bouchacour / Foot Amateur

Bonjour Nicolas, comment s'est passée votre prise en main de l'équipe et la préparation de ce premier match face à Bourg-Péronnas ce vendredi ?

 

Elle a été assez condensée puisque je ne sais arrivé qu'il n'y a quelques jours. On a d'abord travaillé 2-3 dans nos installations avant de partir en stage à la Grande Motte. Cela a permis de mieux faire connaissance avec les joueurs et on a eu un programme très intense.

 

Vous êtes arrivé seul pour le moment. Est-ce qu'un nouveau staff va vous rejoindre prochainement ?

 

Non ce n'est pas prévu, il y a un staff en place qui va rester avec moi.

 

Comment s'est faite votre arrivée au SC Lyon ?

 

J'avais déjà eu un entretien il y a 6 mois avec le club donc je connaissais déjà très bien les gens, le projet. Il y a une dizaine de jours j'ai reçu un coup de fil de mon agent qui m'a indiqué que je pouvais leur présenter un projet. Cela a été suivi par plusieurs entretiens, à la fin nous étions encore deux en balance mais le 29 décembre on m'a signifié que j'avais été choisi.

 

Au vu du classement de l'équipe, votre objectif paraît clair à définir...

 

Effectivement ! C'est le maintien. C'est l'unique message que j'ai délivré au groupe en terme d'objectif à réaliser pour cette deuxième partie de saison.

 

Vous avez été éloignés des bancs pendant une longue période. Est ce que cela vous a permis de vous ressourcer et de retrouver de la fraîcheur mentale, avec ce métier réputé usant ?

 

C'était déjà une vraie volonté de ma part après avoir enchaîné pendant 17 ans comme entraîneur, après ma carrière de joueur pro. Après mon BEPF j'ai ressenti un vrai besoin d'aller voir ailleurs ce qui se faisait, de sortir de ma zone de confort. Effectivement entraîneur est un métier très exigeant où on a besoin d'être prêt aussi bien physiquement que mentalement. Et aujourd'hui je suis prêt à renouveler ce défi avec le Sporting Club de Lyon.

 

La question de votre « inexpérience » en National ne s'est-elle pas posée pendant vos entretiens avec le club ?

 

C'est vrai qu'en N1 même je n'ai que quelques saisons mais quand on reste coach pendant 17 ans en N2 et N3 on a le temps de connaître beaucoup de choses, d'emmagasiner du vécu donc je ne pense pas être inexpérimenté, la question ne s'est en tout cas pas posée.

 

Comment définiriez-vous votre style de coaching ?

 

Je suis assez pragmatique. Je préfère voir des actes plus que d'entendre des paroles. En ce qui concerne le système de jeu c'est compliqué d'arriver avec ses idées en cours de saison, avec un effectif déjà là. Donc je vais déjà m'attacher à voir qui sont les joueurs en forme et faire le système en fonction d'eux. Je peux apporter de la variété à ce niveau là, ce sont donc le profil des joueurs qui le définiront pour le moment.

 

Peut-on s'attendre à quelques mouvements pendant ce mercato ?

 

Aujourd'hui rien n'est décidé à ce niveau là, nous n'en avons pas spécialement discuté au sein du club. On va avoir beaucoup de compétition qui arrive, cela va être une vraie mine d'or pour moi. Je vais observer mon effectif et d'ici fin janvier on verra s'il y a besoin de ré-équilibrer sur certains postes ou profils.

 

Avec Cholet et Annecy vous allez retrouver quelques vieilles connaissances en championnat.

 

Annecy ça remonte un petit peu puisque j'y ai joué au début des années 90. Mais c'est un club que j'ai continué à suivre, cette saison notamment puisque je connais très bien le désormais ancien entraîneur Michel Poinsignon. Et Cholet bien sûr que j'entraînais il n'y a pas si longtemps c'est un club spécial, où j'ai vécu quelque chose de fort. Cela me fait plaisir de recroiser les routes de ces deux clubs.

 

C'est de la Ligue 2 mais la réussite du Clermont Foot doit vous faire plaisir...

 

Je suis très fier que ce club garde ses valeurs, à l'image de l’entraîneur Pascal Gastien qui est quelqu'un de humble, de simple et qui fait jouer merveilleusement son équipe. Aujourd'hui ce qu'ils sont capables de faire par rapport à leurs moyens financiers c'est vraiment très beau.

 

Pour revenir à votre présent qu'attendez-vous de ce premier match ce vendredi ?

 

J'attends avant tout de mes joueurs qu'ils démontrent en compétition ce que j'ai vu à l'entraînement. Ils ont montré de la confiance en eux, malgré leur position au classement, et une envie d'entreprendre, de créer des choses. C'est ce que je veux voir d'eux ce vendredi. Ils ont montré une grosse volonté de sortir du pétrin. Maintenant comme je l'ai dit je suis quelqu'un qui s'attache uniquement aux actes. Je sais aussi que ce groupe reste fragile. Il faut donc rester attentif, vigilant et vite se donner de la force en rentrant bien dans la compétition.