OL - Rafael : “On doit être plus humbles”


Rédigé le Mercredi 11 Avril 2018 | Lu 285 commentaire(s)

Le nouveau numéro du trimestriel Planète Lyon - n°36, Printemps 2018 - sort demain jeudi en kiosques dans la région lyonnaise. Au sommaire notamment, une interview de Rafael, qui a rencontré les lecteurs du magazine. Extraits.


Il y a une constante cette saison à Lyon : l’équipe est performante dans les grands chocs - Paris, Monaco, Marseille, Saint-Etienne… - mais elle n’y arrive pas face à des adversaires moins forts : 11 points perdus notamment contre Dijon, Angers et Lille ! Comment c’est possible ?
Rafael : Alors qu’on a pris 6 points contre Marseille, on a battu le PSG chez nous… Pour moi, c’est simplement un manque de concentration lors des petits matchs. Vous savez, un grand entraîneur m’a dit un jour : “Le football, c’est 90 % de concentration.” C’était Alex Ferguson. Il parlait de tout l’aspect mental, l’envie de gagner, l’obsession de ne pas concéder de but… C’est très important.

Par ailleurs, après l’élimination contre le CSKA Moscou en Europa League en mars, Genesio avait déclaré : “On a eu les occasions pour ouvrir le score, voire même de mener par deux buts d’écart. On ne l’a pas fait pour des raisons que vous avez vues comme moi.” Il faisait allusion à l’égoïsme des attaquants lyonnais : Mariano, Memphis, Cornet ou Traoré… Etes-vous d’accord avec ce constat ?
"Parfois, oui… On doit être plus humbles à certains moments. Et puis, réussir une passe, c’est pareil que marquer un but, hein ! Même si tu es simplement au début d’une action amenant un but où un coéquipier adresse la passe décisive et un troisième marque, tu auras été également important. Or parfois, on se dit trop : “Je veux marquer, je veux marquer…” Du coup, lorsque tu ne marques pas, tu n’es pas content. Je comprends cette attitude car c’est important pour les attaquants de marquer des buts. Mais pas tout le temps, pas à chaque match. Parfois, il faut aussi arriver à trouver tes partenaires…"

Comment vivez-vous ce statut incertain - jamais vraiment titulaire ou remplaçant - à Lyon ?
"C’est difficile… La seule fois où j’ai été vraiment titulaire, c’est quand Jallet a été blessé. Donc ma meilleure période à Lyon, celle où j’ai été le plus performant, c’est quand il n’y avait personne en concurrence avec moi, c’est vrai…"

En plus, Léo Dubois arrive à l’intersaison ?
"Mais c’est la vie, ça. Faut toujours se battre pour avoir sa place."

Sauf qu’il y a des rumeurs de départ vous concernant la saison prochaine. Serez-vous encore à l’Olympique lyonnais en 2018-2019 ?
"Bah, je sais pas. (Sourires) Il me reste un an et demi de contrat. Et on ne peut pas rester ici avec trois latéraux droit, il faut qu’un des trois parte. On va voir les intentions du club."

>> COMMANDER LE NUMÉRO DE PLANÈTE LYON...